Système nerveux

Nous avons tous reçu nos premiers massages lorsque nous étions dans le ventre de notre mère, alors que nous baignions dans son liquide amniotique. Il nous caressait la peau et nous réchauffait en nous enveloppant. Le cortex cérébral, lieu de conscience et de mémoire des événements déjà en développement, recevait ces influx nerveux sensitifs et aurait enseigné à notre cerveau émotionnel, nommé système limbique, cette notion de sécurité et de chaleur agréable. Le massage imite les qualités du liquide amniotique. L’hippocampe donne une valeur émotive aux influx nerveux et dans ce cas, envoie l’information de bien-être à l’hypothalamus, qui déclencherait le système parasympathique. Ce système, qui relève du système nerveux autonome, est le système de la détente, de la digestion et de la mise en réserve d’énergie. Il ralentit la fréquence respiratoire et cardiaque par la broncho constriction des bronches et la constriction des artères coronaires (les vaisseaux diminuent en taille); le débit cardiaque baisse, le cœur bat moins fort, la pression artérielle diminue et la respiration se fait plus lente et plus profonde, favorisant l’oxygénation adéquate du corps, la détente et le bien-être. Le massage, en avantageant la mise en réserve d’énergie, aide donc à mieux gérer le stress et à mieux contrôler les réactions face aux émotions.